Licence Pro MIND

La licence professionnelle MIND ouvre à la rentrée 2016 à la place de l’ancienne licence professionnelle RDBDD.

La plaquette est consultable ici.

Cette licence s’intitule MIND, pour Médiations de l’information numérique et des données.Son ’objectif est de former des professionnels de l’information sur des problématiques classiques mais actuellement renouvelées par les discours autour du Big Data et et de l’Open Data. La licence prend appui de façon concrète sur  le concept de médiation. La médiation permet de travailler autour des actions de médiation-formation, des actions de traitement, ainsi que dans l’étude des supports, des médias et des organisations qui sont concernés par ces problématiques.

La licence s’inscrit dans un ancrage qui est celui des secteurs d’avenir au niveau emplois. Les métiers évoluent continuellement dans les secteurs de l’information documentation et de nouveaux besoins se font sentir. L’étroite relation qui s’opère entre l’information-documentation et la donnée est un signe clef, comme en témoigne le récent changement de nom de la revue documentaliste-science de l’information en I2D pour Information, documents et données. La licence s’appuie également toujours sur  les concepts de document et d’information en les articulant avec les dispositifs techniques actuels.

La licence s’inscrit également dans une volonté quelque peu pionnière dans sa démarche, car peu de formations en Aquitaine, mais également en France dans le numérique ont placé la question du traitement des données dans cette approche. Généralement, le positionnement classique sur ces questions est davantage orienté mathématique, informatique et éventuellement statistique. Nous souhaitons l’aborder de façon élargie, plus en lien avec les sciences de l’information et de la communication, mais aussi avec l’ensemble du mouvement des humanités digitales.

Notre but est former des professionnels capables de construire et de promouvoir une approche construite avec différents type de médiations autour des données en montrant les limites et les potentialités du big data et de l’open data. A l’issu de la formation, les étudiants doivent se montrer capables d’organiser et de traiter les différents types d’informations rencontrées, de parvenir à optimiser leur traitement, leur utilisation et réutilisations et les diverses valorisations.